Image Slider

Comment je choisi une pièce en boutique

14 octobre 2018
- 2 minutes de lecture -


Combien de fois j'ai acheté une pièce, et au final déçue, achetée pour rien, jamais portée. Ca ne vous est jamais arrivé ? Je me fais souvent avoir, mais beaucoup moins qu'avant depuis que j'utilise, ma petite méthode, pour ne pas se tromper. Voici comment je procède.

PS : C'est le 400 ème article, publié sur le blog ! OUAAAAWW

Avec les yeux
Lorsque je rentre en boutique, je repère à l'horizon, les différents rayons et scrute les couleurs qui me plaisent, les couleurs que j'ai envie de porter (oui les marinières, le bleu ciel et le rose).
Si je ne vois rien qui m'attire plus que ça je passe mon chemin, je sors de la boutique et je repars chez moi bredouille.
Gain assuré ;-)



Avec les mains
Une fois le rayon, aux jolies couleurs, repéré, je m'approche et passe ma main sur les modèles accrochés aux cintres, pliés sur les tables, ou encore exposé sur un mannequin.
Ainsi, je cherche la matière. Il faut quelle soit douce et non crépue et rêche, facile à repasser, extensible à souhait.
Si au toucher je n'apprécie pas, je ne vais pas plus loin.
Gain assuré ;-)




Je lis l'étiquette
Je regarde toujours la composition de l'étiquette ainsi que son mode d'entretien (lavage, repassage,...)
Je proscris les 100 % acrylique, car ce n'est pas très résistant sur le long terme, et je privilégie le coton.



J'essaie
Une fois la jolie pièce agréable au touché trouvé, je passe en cabine. Je dois me sentir à l'aise dans mes mouvements donc un peu de gymnastique s'impose dans ce petit espace.
Je me baisse, je mets mes bras en avant, en l'air, je m'accroupie, une jambe en l'air, non je rigole, je n'arrive pas mais je fais tous les mouvements possible et inimaginable afin de voir si la pièce enfilée me convient totalement.
Si que je suis bloquée dans certains mouvement, je passe mon chemin et garde mon argent.
Gain assuré ;-)





Alors, conquises par ma technique ?
Et vous, comment procédez-vous ?

Notre cuisine Ikea, galère ou bonheur ?

7 octobre 2018
- 6 minutes de lecture -


Pendant un bon nombre d'années (9 pour être plus précise), nous avons vécu dans une cuisine assez exigue. Cela nous allait mais depuis l'arrivée de Baby et sa chaise haute, elle est devenue beaucoup moins fonctionnelle et pratique. 
Le tiroir des tupperwares que tu ouvres et qui laisse tomber les couvercles au sol, les assiettes en hauteur difficiles à prendre, les couverts qui ressortent du tiroir quand tu veux le fermer. STOP !
Nous profitons de notre changement de domicile pour récréer notre cuisine pour qu'elle devienne l'endroit le plus agréable possible étant donné qu'il sera l'endroit le plus fréquenté.
Il me fallait alors imaginer comment la créer pour qu'elle soit facile d'accès sans se marcher dessus et de pouvoir déplacer la chaise haute et circuler sans se bousculer.
Au quartier général ! Etant donné que je ne vois qu'en Ikea (mon appartement est un appartement témoin Ikea haha), je ne me voyais pas commander ma cuisine, ailleurs.

Fastidieux ou pas, je vais vous conter mon expérience et vous délivrer des petits trucs à se méfier lors de l'achat d'une cuisine chez Ikea.

1) Planification et conception
Ikea possède un logiciel de planification de cuisine que les particuliers peuvent utiliser depuis leur domicile et le reprendre en magasin avec un vendeur. 

Nous avons en premier lieu demandé des conseils à mon oncle qui a l'habitude de la conception sur le logiciel, de Ikea, prévu à cet effet.
Puis, nous avons pris un rendez-vous chez Ikea pour la conception de la cuisine à 49,00 € (remboursement sous la forme d'un avoir si achat d'une cuisine de plus de 2500 €). Etant donné que le budget serai dépassé, nous avons tenté cet accompagnement privé qui se déroule dans un bureau au rayon cuisine. 1h qui nous est entièrement consacrée, au calme, en plein coeur de ce grand magasin.
La vendeuse nous a crée en un tour de mains la cuisine de nos rêves.




Mais attention, les vendeurs sont malins et vous ajoutent des choses inutiles et grossissent les prix notamment avec le plan de travail et les vides sanitaires pour le sous évier.
En effet, les tuyaux ressortent et la vendeuse a indiqué que comme les caissons ne possèdent pas de vide sanitaire, il va falloir tout avancer et créer un plan de travail sur mesure (qui coûte un bras).
Mon oncle m'a indiqué qu'à l'inverse il est tout à fait possible d'intégrer les tuyaux dans le caisson en effectuant une découpe du fond du caisson et ainsi poser un plan de travail standard et baisser énormément le coût de la cuisine.
De plus, tous l'électroménager figure sur le plan et est à soustraire du devis. J'ai découvert ensuite lors de la validation du devis, qu'il était possible de mettre des faux éléments pour que le prix disparaisse. La vendeuse qui nous a effectué la planification s'est bien gardée de nous le dire ! Mais j'avoue qu'elle n'était pas vraiment avenante et avait envie de nous faire dépenser inutilement.
C'est la vendeuse qui m'a validé le devis qui a été adorable comme tout et j'ai pu tout revoir caisson par caisson si rien n'avait été laissé au hasard et surtout si rien n'avais été facturé en trop. Merci à Marine B du magasin Ikea de Metz.

L'histoire du plan de travail :
Au mur, ressortent les tuyaux pour le lave vaisselle et pour l'évier. Elle nous indique d'emblée qu'étant donné que les caissons ne possèdent pas de vide sanitaire (endroit pour placer les tuyaux) il faudra décaler, de 20 cm vers l'avant, la totalité des caissons de cette partie. Si les caissons sont avancés, la profondeur sera de 80 cm pour un plan de travail standard de 60 cm.
Du coup, elle nous indique qu'il faut un plan de travail sur mesure. Qui dit sur mesure, dit bien plus cher qu'un standard et délai bien plus long (6 à 8 semaines) pour le recevoir.
Aussi, notre mur possède un conduit de cheminée et nous devons alors effectuer une découpe. Les plans de travail Ikea mesurent au max 2m46. Nous aurions du faire une découpe à se niveau et la vendeuse nous précise que ce n'est pas comme cela qu'ils travaillent et que ce n'est pas conventionnel.
Mais après tout le client est roi, non ?
Nous avons alors réfléchis et revu cela avec une autre vendeuse qui nous a modifié les plans par des tailles standards, en étant obligés de faire nous même les découpes. Cela engendre des raccords (ils fournissent d'ailleurs des barres de jonction FIXA et la première vendeuse s'est bien gardée de nous le dire).
Coût total de tous nos plans de travail : 205 € au lieu de 680 € sur mesure.

2) Validation du devis, achat et retrait des colis
Il ne faut surtout pas valider de devis en sortant du premier rendez-vous car il est encore bon de réfléchir à l'emplacement et à la taille des tiroirs, à l'emplacement du LV, à l'emplacement de l'îlot...
Et effectivement, j'ai recréé 2 autres projets suite à celui-ci et surtout mon oncle est venu voir et donner ses conseils sur le chantier. Nous somment reparti pour de nouvelles modifications sur le projet pour l'améliorer.

3 semaines se sont écoulées entre temps.

Je reviens alors valider mon devis avec la vendeuse de très bons conseils, qui prend bien son temps (1h20 pour être plus précise) a tout pointer, pour ne rien laisser au hasard.
Elle retire du devis les prix des éléments en plaçant de faux électroménager (sauf pour l'évier et la hotte, on ne peut pas en mettre des faux) mais lors du passage de la commande finale, on peut, bien sûr, les ôter, car nous les possédons déjà.

Elle m'imprime la liste des éléments m'indiquant les allées et les places au libre service.
Parce que oui, tous est à retirer soi-même dans l'entrepôt et à charger sur des chariots.
150 colis ! Oui mais tout est en kit, ça peut faire peur, mais ce n'est rien du tout au final.
J'ai un peu écarquillé les yeux lorsqu'elle m'a indiqué cela, car je m'attendais à un retrait total au comptoirs des marchandises après les caisses.
J'ai alors appelé mon beau père qui m'a rejoint avec sa voiture Picasso et sa remorque.
Nous avons mis 2h30 pour tout chercher et charger en 2 à 3 fois 1 chariot chacun.
Ma voiture, ainsi que la sienne et sa remorque étaient remplies.
Mais nous avons pu tout rapporter en une seule fois, et le même jour que celui de la validation du devis car ce qui est avantageux chez Ikea, c'est que tout est de stock (sauf quelques façades de tiroirs mais ça pouvait attendre).



3) Montage

Les caissons
Mon père et moi avons mis environ 7h pour monter 11 caissons. Il faut dire que le montage est facile. Après 5 éléments, nous avions, tellement pris le coup de main, que nous n'avions plus besoin de notice pour monter les suivants ! 
11 caissons mais sans les tiroirs et sans les meubles hauts.
La suite du travail m'attends.
Les meubles hauts étaient bien plus faciles à monter et rapidement.

Les tiroirs
C'est là que cela se corse. J'ai commencé seule à monter simplement les tiroirs et à les poser dans un coin. Seulement je me suis rendue compte, un peu plus tard, que chaque caissons à son propre tiroir (références différentes et pour le modèle de tiroir et pour l'emplacement du tiroir dans le caissons : tiroir du haut, du milieu ou du bas).
J'ai alors perdu les références de ceux que j'avais déjà commencé à monter sans savoir à quel caisson ils appartiennent.
Mon conjoint m'a fait remarqué qu'il faut d'abord commencer par pointer tous les cartons, et écrire sur chacun d'eux, les caissons correspondant.
Une perte de temps car nous avons beaucoup tourné en rond avant de comprendre par quel bout commencer (ou même continuer).
La cuisine a du mal à se terminer.

J'ai repris alors le croquis fourni par le magasin et j'ai inscris sur chaque caisson les références des tiroirs. J'ai ensuite placé devant chaque caisson, les tiroirs et les façades correspondantes.
Là, nous y voyons plus clair.






4) Fixation des éléments au mur
Ce n'est pas facile, pour tout vous dire. Quand le mur et le sol ne sont pas droit, nous perdons beaucoup de temps. Il faut régler les 4 pieds et se faufiler pour atteindre ceux contre le mur n'est pas facile, surtout quand les meubles sont fixés entre eux.
Je vous conseille de ne pas les fixer avec la barre de fixation, sur le mur, car le jour où vous voulez enlever un caisson (pour une raison ou une autre), il faudra alors ôter tout le plan de travail et le silicone au risque d'arracher la crédence pour pouvoir déclipser le caisson de la barre de fixation. Je vous conseille alors de mettre les 4 pieds sous le caisson et de fixer simplement au mur via les équerres prévues à cet effet et de cette façon, il n'y aura qu'à ôter ces dernières visses (ainsi que les visses du plan de travail et celles qui fixent avec le caisson voisin) et glisser le caisson vers l'avant pour le sortir de la cuisine.

5) Réalisation et pose des fileurs
La découpe est assez fastidieuse. Il faut bien mesurer, poser des équerres qui ne sont pas fournis avec.
On a même dû en coller un, tellement l'accès était impossible (celui de l'angle).



6) La découpe des plans de travail
Là encore, nous nous sommes fait surprendre par la découpe, en ébréchant le décor du plan. Nous avions bien respecté la notice, mais en retournant l'échanger chez Ikea, le conseiller-monteur nous a expliqué qu'il fallait le découper sur une planche et non sur du vide (c'était dire qu'il faut le poser à plat sur une planche sur des tréteaux et non le poser seul sur des tréteaux). Je trouve dommage que ce conseil ne figure pas dans la notice, et nous fasse perdre du temps.




7) La pose des poignées des portes
Cette étape finale prend beaucoup de temps. Il faut mesurer le milieu de la façade et je vous conseille d'acheter, en sus, la réglette orange FIXA, qui permet de mesurer correctement l'emplacement des boutons, et des poignées à 2 trous.
Il faut ensuite protéger les portes avec du scotch de peintre et placer de chaque côté une planchette en bois fixée à l'aide d'un serre joint. De cette façon le perçage sera plus sûr.



8) La pose de la surélévation
Cette fois-ci, ce fut mon mari qui s'y ait collé tout seul. Découpe du plan de travail, à la taille que l'on a souhaité. Perçage des trous pour les barres de soutien et l'installation. Et enfin la pose des chants.


9) La pose des bandeaux de placards hauts
La pose est relativement facile, une découpe, 2 équerres à fixer à l'aide de 4 visses, non fournies là encore. Après la découpe, il nous a fallut peindre l'extérieur, car il n'y a pas de chant livré avec.



10) La pose des plinthes
La découpe est facile ainsi que la pose, grâce aux clips prévus à cet effet, que l'on glisse dans la rainure de la plainte et que l'on clipse autour des pieds des meubles. Aux angles, un cache est prévu pour masquer les coins des découpes.
J'ai constaté que la hauteur des plinthes n'est pas forcément adaptée à la hauteur choisie des meubles, nous pouvons alors observer un jour entre le bas du meuble et le haut de la plinthe.



Toute cette expérience pour vous conseiller vivement, de prendre votre mal en patience pour réaliser vous même le montage de la cuisine, car avoir des ouvriers à la maison, c'est source de stress.

Nous avons vécu cela avec d'autres types de travaux (changement des fenêtres, de la porte d'entrée, isolation thermique extérieure et installation d'un poele à pellets) et nous n'avons pas aimé du tout.

 Le montage par une équipe Ikea, coûte 49 € l'heure et je ne sais pas si j'accepterai de nouveaux ouvriers dans ma maison.


Avant 


Après











Les façades des portes de tiroirs ne sont pas encore réglés, mais ça ne saurai tarder ;-)
Aujourd'hui, j'ai une cuisine fonctionnelle où le passage est agréable.

Vous avez déjà tenté cette expérience ? Comment l'avez-vous vécu ?
Sinon, seriez-vous tenté par cette expérience ?

Mes basiques mode

29 septembre 2018
- 2 minutes de lecture -


Printemps, Eté, Automne, Hiver, c'est tous au long de l'année que mes basiques mode sont à mes côtés. Lorsque je ne suis pas inspirée, ou même quand je ne sais pas comment m'habiller (oui on est toutes pareilles, non ?), je n'ai pas envie de chercher bien loin pour réussir ma tenue du jour. Surtout, quand on est une petite maman, il faut savoir s'habiller vite fait, bien fait. Et je m'aperçois que c'est toujours vers mes basiques mode que je me tourne. Il font toujours l'affaire. Zone de confort, me voilà.
- La marinière -
Je crois qu'à force de me lire ici, vous avez pu déjà constater depuis très longtemps que cette pièce inonde ma garde robe. Il faut dire que je n'ai que ça.
La marinière, mon uniforme.

- Le jean -
J'ai toujours du mal à me diriger vers une jupe ou une robe. Mes jeans sont toujours là.

- Les stans Smith -
Ces sneakers sont de la même valeur que la marinière. Je possède 5 paires et je trouve que c'est déjà pas mal.
Empêchez-moi d'aller en acheter d'autres s'il vous plaît.

- Le sac bandoulière -
En matière de sac à main j'ai toujours aimé porter un sac en bandoulière, car c'est plus rassurant.
Plus rassurant contre les vols à l'arraché, car on le porte entièrement sur soi.
Aussi, je trouve que c'est plus ergonomique, que de porter un sac, sur une épaule.

- La montre Daniel Wellington -
Une intemporelle, je n'ai jamais été autant conquise par ce modèle de montre.
Je la porte tous les jours, avec plusieurs bracelets (cuir noir, cuir marron, tissu bleu et rose, tissu bleu blanc et rose) et je ne m'en suis toujours pas lassée.






Et vous, quels sont vos basiques mode ?

Les minis Sanytol à glisser dans son sac

26 septembre 2018
- 2 minutes de lecture -


C'est la rentrée de septembre, et l'automne approche à grands pas. Les premiers rhumes se font présents et nous devons lutter contre la grippe.
Je vous avais déjà parlé, ici, de la nouveauté, de chez Sanytol, lorsque je quitte mon domicile. En voiture, dans les boutiques supermarchés, nous touchons une multitude d'objets, porteurs de micro organismes. Un petit peu de gel hydro-alcoolique suffit à lui-même pour éviter de tomber malade par ce temps un peu capricieux. 

A propos de Sanytol
C'est une marque développée par un laboratoire expert en désinfection, à la pointe des  réglementations européennes en vigueur.
Elle applique ces réglementations à l'ensemble de ses produits dans une démarche de sécurité et de totale transparence vis-à-vis des consommateurs.
Les ingrédients de ses formules sont rigoureusement sélectionnés et testés avant leur mise sur le marché pour un usage en toute sécurité.

(screen du site sanytol.com)



J'ai reçu ces 2 nouveautés Sanytol* - format mini (75 ml), pratiques et nomades, elles sont à glisser dans son sac. Focus sur les petits nouveaux de la rentrée 2018.



Après les formats 75 ml et 250 ml, Sanytol complète sa gamme de gels désinfectants sans rinçage, avec ces 2 produits au parfum d'amande douce et de thé vert.
Ils laissent les mains douces grâce à une formule hydratante et hypoallergénique qui convient à toutes les peaux, même les plus sensibles.

Le plus
Sans paraben
Sans phénoxyéthanol
Sans phtalate
Sans triclosan


Leur efficacité triple action qui éliminent 99,9 %
Des bactéries
Des virus
Des champignons

Actifs sur 
La salmonelle
La listéria
l'E-coli
La grippe
Le virus H1N1
L'herpès


Vous avez aussi un mini Sanytol dans votre sac ?

tombe la neige

Les idées SoAddict continuent sur You Tube
Les idées soaddict