Image Slider

Une couronne d'eucalyptus minimaliste

6 juillet 2019
- 2 minutes de lecture -


Je suis ravie de vous retrouver enfin avec un DIY. Cela faisait si longtemps ! J'avais, depuis un certain moment, envie de me créer une couronne d'eucalyptus. C'est une couronne toute simple et minimaliste, sans surcharge pour une première couronne, car oui, je ne compte pas m'en arrêter là.

Le matériel
Il vous faut :
- une branche d'eucalyptus (trouvée en magasin spécialisé de fleurs : La Serre - Thionville - Moselle - Grand Est)
- une base : un anneau en métal (ici 20 cm de diamètre, trouvé chez Sostreen Green pour 1,38 €)
- de la ficelle (trouvée chez Sostrene Green pour 1,14 €)

Le tuto
1. J'ai choisi le côté le moins esthétique de la branche d'eucalyptus et je l'ai placé sous l'anneau en métal.



2. Je l'ai fixé à l'aide de la ficelle en faisant un noeud simple.



3. J'ai, ensuite, passé la ficelle aux racines des feuilles, pour la cacher, en tournant autour de la branche. Ainsi, sera fixée la branche sur la base en métal.




4. Puis, je suis remontée, en entortillant la ficelle vers le premier noeud, de la même façon qu'à l'étape 3.



5. J'ai joins alors les 2 bouts, et j'ai fait un noeud.



6. J'ai coupé l'excédent de ficelle, pour plus de discrétion.



7. J'ai enroulé la partie de la tige sans feuille à la main, autour de la base. Je l'ai ensuite fixée avec un morceau de ficelle qui fera office d'attache murale. 



Et voilà, le tour est joué :



J'espère que ce tutoriel vous a plu et vous a donné envie de le reproduire.
Si jamais vous le reproduisez, n'hésitez pas à me poster vos photos sur Instagram.

Lire aussi :

Best Hair Day, la cure de vitamines pour faire pousser les cheveux : top ou flop ?

2 juillet 2019
- 6 minutes de lecture -


Mes cheveux poussent très lentement depuis que j'ai accouché. Je vais seulement 2 fois par an chez le coiffeur, pour rafraichir les pointes, et restructurer la coupe. Je porte un carré long plongeant, depuis un bon bout de temps et c'est ainsi que j'aime être. J'ai une longueur de prédilection, celle où je me sens bien, où je me sens moi.
Mais, j'ai eu ce moment où le coiffeur m'a coupé trop court. Trop court pour moi, au point de me sentir quelqu'un d'autre, de ne pas me reconnaître. Je lui avait demandé la même coupe qu'il y a 2 hivers. Mais après avoir replacé mes lunettes sur le bout de mon nez, le verdict tombe : c'est trop court.

La coupe que je voulais :


La coupe que j'ai eu :


Trop courts, trop effilés, je ne peux plus les attacher pour mon travail. Les pointes me gênent et viennent chatouiller mes narines et ma bouche. Bref, la longueur qu'il ne me fallait surtout pas. Vivement dans 2 mois que mes cheveux aient repoussés. En attendant, je prends mon mal en patience.

J'ai alors eu, l'opportunité de tester, un complément alimentaire, destiné à faire pousser les cheveux plus vite : Best Hair Day de Grace and Joy.


Qu'est-ce Best Hair Day de la marque Grace and Joy ?
C'est un complément alimentaire Spécial Pousse enrichis en vitamines et minéraux à base de zinc, sélénium, de cuivre et de vitamines B6 et B8.

Qui est Grace and Joy ?
Joy est une jeune fille de 23 ans, interprète de conférence en chinois qu'elle étudie depuis plus de 9 ans. Elle est originaire du sud de la France elle est une grande passionnée de littérature et d'écriture.
Joy a les cheveux frisés (très) et a donc décidé de se lancer dans un blog pour partager toutes ses astuces sur les cheveux et notamment sur leur entretien au naturel. 
Elle a, ensuite, créé son propre complément alimentaire : Best Hair Day.
Elle possède aussi une chaine Youtube. Vous pouvez d'ailleurs découvrir dans cette vidéo pourquoi elle créé son complément alimentaire. C'est très intéressant, terre à terre et je suis totalement d'accord avec elle.

(photo appartenant à Joy de Best Hair Day)


Que promet le complément alimentaire pour la pousse des cheveux Best Hair Day ?
Activateur de pousse
Ce complément contient du zinc, du sélénium, du cuivre et de la vitamine B6 et B8. Ces 4 éléments sont tous des activateurs de pousse. Il sont réuni dans ce flacon en un seul et même complément alimentaire accélérateur de pousse de cheveux.

Conçu pour les cheveux secs et cassants
Cette formule a été créer pour pallier à la chute de cheveux et au manque de vitalité.

Retrouver brillance et douceur
Ce complément prodigue un véritable renouvellement des follicules pileux et une synthèse de la kératine afin d'encourager la pousse des cheveux.

Non nocif pour la santé
Ce complément ne présente aucun risque pour la santé car sa composition contient uniquement des ingrédients d'origine naturelle. Sa mise sur le marché a été validée par les autorités sanitaires françaises.


Grâce à ce complément, il est possible de réparer le cheveu, de limiter la casse et de lui redonner de la douceur. Il encourage bien sûr, la pousse.
Il est aussi bien destiné aux femmes comme aux hommes et pour tous types de cheveux : secs, cassants, fins, bouclés, raides, crépus, épais,... pour obtenir de jolis cheveux. Vous pouvez dire bye à la chute de cheveux, aux cheveux ternes et hello la vitalité !

Pour une efficacité optimale, il est conseillé de faire une cure de 3 mois, à savoir qu'un flacon est prévu pour 1 mois.


Mon test et mon avis
Lorsque j'ai reçu le flacon de 30 comprimés, je n'ai pas lu les promesses tenues volontairement. Je ne voulais pas être influencée psychologiquement, par le produit. J'ai commencé à prendre pendant 15 jours les comprimés, et j'ai déjà pu constater du mieux dans mes cheveux.

J'ai remarqué que je les perdais moins, qu'ils étaient un peu plus denses et doux. 

C'est ensuite que j'ai lu, et rédigé cet article (en détails) pour me rendre compte qu'effectivement ce produit tient ses promesses.

J'ai regardé ensuite la vidéo de Joy "Pourquoi j'ai décidé de créer mon propre complément alimentaire" et j'ai été totalement d'accord avec elle sur le fait que beaucoup de produits similaires au sien, sont dans le commerce mais ne fonctionnent pas.

Je trouve qu'elle a choisi avec précaution les éléments de son complément.

Cela ne fait que 2 semaines que je teste ce produit et je n'ai pas assez de recul pour valider la pousse. Etant donné que je n'ai reçu que le tiers de la cure, et que j'ai un nombre de jours bien déterminés par l'agence de presse, pour publier mon article, je ne peux pas encore affirmer, si ce produit fait effectivement pousser les cheveux, plus vite.
Je pense que je vais devoir me procurer 2 autres flacons afin de terminer la cure. Je ne manquerai pas de vous faire ici, une petite mise à jour, lorsque j'aurais terminé la cure.


Le moins bien
Les comprimés sont assez gros et lorsque j'en avale un, il accroche mon oesophage.
Ils dégagent aussi une odeur certaine, qui ne pourra pas plaire, à tout le monde. C'est alors que je retiens ma respiration, pendant la prise, avec un grand verre d'eau ;-)


Avez-vous déjà testé ce complément ?
Si oui, qu'en avez vous pensé ? Si non, vous tente-t-il ?
Avez-vous déjà testé des produits similaires qui n'ont pas fonctionné ?

Lire aussi :

La chambre de Babylove - 2 ans

29 juin 2019
- 5 minutes de lecture -


Après 2 ans d'installation dans notre maison, peu de pièces sont réellement terminées. La première pièce, de notre logement, que vous avez pu découvrir, fut notre cuisine et, voici à ce jour, la présentation de cette seconde pièce, la seule chambre qui a toujours été décorée complètement depuis notre emménagement. Il faut dire que cette chambre était la seule pièce qui m'a vraiment inspiré, depuis notre arrivée : la chambre de notre enfant.

Dans notre ancienne habitation, vous avez pu découvrir un morceau de chambre qui lui était dédié. Un morceau, je précise, car sa demi-chambre était dans le bureau-dressing. Après l'achat de notre maison, j'ai de suite été inspirée, pour lui préparer une vraie chambre, sa chambre, rien qu'à lui. Et j'étais fière de lui proposer, enfin, son endroit.

Commençons la visite.


Lorsque nous entrons dans sa chambre, nous avons à notre gauche, sa bibliothèque-coin lecture avec 3 étagères Ikea et un matelas posé au sol. J'ai placé sa gigantestque girafe (elle est plus grande que lui haha) devant les étagères, pour éviter qu'il se cogne, au niveau des coins des étagères. Il adore lui faire des câlins. A la girafe, bien sûr, pas aux étagères ;-)
Sur son petit matelas, où nous nous installons le soir pour lire des histoires avant de s'endormir, j'ai placé, en guise de dossiers, 3 petits coussins. Le coussin nuage vient de chez Ikea (il est assez ancien), le coussin bleu est vintage et celui avec les poissons est une création de ma marraine, La Clo...
Le petit lapin-câlin vient de chez Gifi : il est lumineux et change de couleur accompagné d'une douce musique.


A côté, nous avons placé un meuble à 3 cases ouvertes Mixxit et 4 pieds Diall, de chez Castorama. J'ai posé dessus l'arc-en-ciel Grimm's. Il peut alors tout aussi bien jouer sur le dessus du meuble, qu'au sol.
NB : le reste de ses jouets se trouvent au salon, en attendant de réaménager sa chambre, car il ne joue pas tout à fait seul, dans sa chambre.



En face de son espace jeux-lecture, nous avons une petite armoire à étage pour stocker des affaires, mais un grand tri va s'imposer d'ici peu, car elle n'est pas exploitée comme bon me semble.
La commode Malm, de son ancienne chambre, a été placée à côté, pour ranger ses produits de soins, ses serviettes de toilette et ses draps, des affaires de stockage et des peluches. En grandissant, cette commode est devenue de trop, à mon sens et étant donné que la chambre va évoluer, pour laisser plus de place à un espace de jeu, je la déplacerai ailleurs. A suivre...


La table à langer Ikea est venue se rajouter au mobilier de sa chambre, mais à ce jour, j'aimerai la transformer en dressing et support de jeu. L'idée reste à creuser, mais j'aimerai changer la façon de le langer, avec un matelas posé au sol, puis rangé, le reste du temps. Mon idée serai de faire évoluer sa chambre pour favoriser son autonomie et passer à un univers d'enfant, en ôtant le coin à langer, de "petit bébé".
J'ai enlevé un bon nombre de livres présents dans ce meuble, ce qui explique les cases vides. J'aimerai y placer de nouveaux jeux, car ses jouets actuels ne lui correspondent plus. Evidemment, à suivre...


Côté sommeil, nous avons encore conservé le même lit Chillswood avec les barreaux, mais il est vrai que j'aimerai essayer un lit au sol. Notre fils aime prendre la main du grand ours pour s'endormir et faire des câlins au petit lapin. La petite grenouille le rejoint pour dormir, de temps à autre. J'ai replacé sa petite patère nuage, pour qu'il puisse prendre son pyjama. 



La visite étant terminée, j'espère avoir pu vous donner de l'inspiration, pour vos enfants.

Lire aussi :

J'ai été licenciée enceinte, injustice !

22 juin 2019
- 5 minutes de lecture -


Voilà ce qui me pousse à écrire cet article : ma copine Sarah du blog Soulier Vert vient de vivre la même chose que moi. Et je tape du point sur la table pour dire que cela suffit !

Protection contre le licenciement
Il est interdit de licencier une femme enceinte. Pire même, interdit de licencier une femme enceinte qui vient de l'annoncer à son employeur !
Nous sommes vulnérables pendant cette période et créer du stress à une femme enceinte venant de son employeur est juste honteux.
De plus, la loi protège les femmes enceintes contre le licenciement jusqu'à la fin du congé maternité.
Même si nous ne l'avons pas annoncé, si l'employeur nous licencie, nous pouvons faire annuler le licenciement en présentant une lettre justifiant du début de grossesse par la gynécologue ou la sage-femme.
J'ai la sensation que cela arrive à beaucoup plus de femmes que je l'imagine.
Alors, sachez-le et faites attention.

L'abus des employeurs
Pendant la grossesse, la femme peut être étourdie, créant ainsi des erreurs d'inattention. J'ai l'impression que les employeurs usent et abusent de ces instants-là, pour licencier les femmes. Or, la grossesse génère ces moments délicats qui nous mettent en faute et les employeurs devraient être cléments.
Les employeurs ne devraient pas juger leurs employées pendant cette période et devraient se montrer plus compréhensifs.


Mon histoire
C'était en 2016, mon nouveau travail d'assistante maternelle m'épanouissait, et ma période d'essai était validée. Quelques mois plus tard, ce renouveau de désir de grossesse bloqué pendant 3 ans, arriva. Cela faisait 5 mois que je travaillais pour cette maman, avec qui tout ce passait bien.
Sa fille rentrait gaiement à la maison, elle voyait bien qu'elle était, elle aussi, épanouie. Elle m'a dit qu'elle me trouvait bien, moi aussi, dans cette fonction d'assistante maternelle car c'était mon premier contrat. Bref, elle n'avait rien à me reprocher.

C'est en juillet 2016, que j'ai commencé à avoir des nausées et à me sentir mal à cause de la montée d'hormones de grossesse. J'étais vraiment au fond de mon lit et j'ai dû, alors, me mettre en arrêt de travail, car je ne me voyais pas m'occuper d'une petite fille de 9 mois (période sensible qui plus est) en l'état. Je ne trouvais pas cela professionnel, du tout. Et vu que j'avais ma conscience professionnelle, j'avais préféré m'arrêter, pour que cette petite fille soit confiée, pendant ce temps difficile pour moi, à d'autres personnes qui pourrait s'occuper d'elle, pleinement.
Pourquoi ? J'étais au fond de mon lit, dans le noir et je n'avais plus aucun appétit. J'ai perdu 6 kg pendant ce mois de juillet. Je n'arrivais plus à m'occuper de moi, alors à quoi bon s'occuper d'une petite fille de 9 mois ?
A vrai dire, mon arrêt n'a pas duré très longtemps, 1 semaine peut-être ? 
Lorsque cette maman et moi nous nous sommes retrouvées, je l'ai informé de ce pourquoi j'étais malade. Et elle m'a avoué qu'elle s'en doutait, vu les circonstances.
Fin juillet 2016, 3 semaines après mon annonce, les congés d'été arrivent. Nous nous quittions en bon terme, pour reprendre 3 semaines plus tard.
Vacances 2016 : à Bormes les Mimosas, l'ile de Bendor, Valensole... enceinte de mon petit amour. J'étais loin d'imaginer ce qui allait se passer.

Nous avions alors pendant ces vacances-ci, des projets plein la tête, comme acheter une maison en contractant un crédit et préparer, pendant ma grossesse, l'arrivée de notre enfant, en bonne et due forme.
Août 2016, retour à l'appartement. Samedi midi, on sonne. C'était le facteur qui venait m'apporter une lettre en recommandée, de la part de mon employeur. Mes congés étaient terminés et je devais reprendre le travail, le lundi suivant. Ou pas....

Cette lettre fut une lettre de licenciement. Elle, sans rien dire, faisant mine que tout allait bien, elle avait décidé de me licencier, dans mon dos.

NB : Dans mon métier, le dialogue est primordial, la confiance doit être là. Sinon, autant arrêter la collaboration, car le bien être d'un enfant est en jeu et un enfant ressent X mille les tensions des adultes.

Mon combat
J'ai alors écarquillé les yeux en lisant ce courrier. Il m'indiquait que j'étais licencié pour motif : absences répétées m'empêchant de remplir mes fonctions. Une grosse claque.
Enceinte !!! Licenciée !!!
Août 2016 : J'ai alors lancé une procédure d'annulation de licenciement, car un employeur ne peut, en aucun cas, vous licencier, pendant toute la grossesse, à partir du moment où elle a été reconnue biologiquement : certificat à fournir par la gynécologue.
J'ai alors tenté de me battre avec mon syndict qui s'est renseigné auprès de leur avocat. Se battre enceinte (surtout quand le début de grossesse est difficile et que surtout notre famille n'est même pas au courant - à part mon père, ma soeur et mon frère) est vraiment compliqué.

Septembre 2016 : Il était possible alors de me réembaucher avec un avenant au contrat qui s'est transformé en mi-temps.
J'ai alors refusé et c'est ainsi que la procédure s'est terminée par une rupture à l'amiable.

Octobre 2016 : J'ai perdu ce combat professionnellement, mais j'ai gagné en tranquillité, car j'ai pu passer les 3 derniers mois de ma grossesse sereinement. Signature de la rupture. Je tourne la page.

Cela dit, nos projets sont tombés à l'eau, nous étions si tristes.



Nos projets sont tombé à l'eau....enfin c'est ce qu'on croyait. Mais j'ai rebondi, nous avons rebondi, comme je le fais à chaque épreuve de ma vie.


Nous avons tenté le tout pour le tout : acheter une maison au chômage ! Contre toutes attentes, contracter un crédit au chômage, c'est possible. J'ai contracté un crédit avec mon allocation de retour à l'emploi. Mais ça c'est une autre histoire. A suivre...


Avoir un enfant est la plus belle chose au monde, 
les employeurs devraient arrêter de penser à mal dans ce monde. 
Respecter les femmes enceintes 
et respecter le code du travail, est juste normal, non ?


tombe la neige

Les idées SoAddict continuent sur You Tube
Les idées soaddict